Des étudiants français inventent le futur des lunettes AR/VR avec moins de 5000 euros

Des étudiants français inventent le futur des lunettes AR/VR avec moins de 5000 euros

Une équipe d’étudiants au CESI (école d’ingénieur), dirigée par Quentin Carona créé un design de lunettes AR/VR nommées “QR Glasses”, pour “Quantum Reality Glasses, et ce pour moins de 5000 euros dans le cadre du « projet Bambou ». A l’heure où les géants de la VR-AR reçoivent et investissent des milliards, une poignée de frenchy vient présenter aux potentiels acquéreurs un prototype en recherche d’industrialisation qui va changer la face de la VR-AR.

Le projet Bambou vient compléter les acronymes AR, VR, MR ou encore XR, par l’acronyme QR (Quantum Reality)

Rapide état des lieux du secteur : Tous les produits et projets de lunettes autour de la réalité augmentée, virtuelle ou mixte sont des sujets brûlants en ce moment. 

Google a récemment acquis North (l’entreprise canadienne qui a conçu les “Focals AR glasses”) pour un montant estimé de $180M. Nreal vient de sortir un produit connecté aux smartphones Samsung. Facebook fait travailler d’arrache-pied son équipe suite à l’acquisition d’Oculus. Microsoft joue également dans cette cour avec Hololens…tandis que Magic Leap vient de recevoir près de $3B d’investisseurs.

Tous ces produits existants ont choisi des technologies très onéreusesLe projet Bambou prend un contrepied étonnant face à la débauche de moyens des géants du domaine en ne dépensant pas plus de 5000 euros pour son prototype.

Le projet a démarré sous l’impulsion de Quentin Caron en 2016, alors qu’il n’a que 17 ans à ce moment-là et déjà en école d’ingénieur. Quentin a réuni autour de lui quelques autres étudiants passionnés et des mentors entrepreneurs pour mettre ses idées à l’épreuve. 

En effet, si le projet Bambou a réussi la performance de produire des QR glasses si peu onéreuses c’est sans compter toutes les heures non rémunérées de design, de programmation et de sueur de son équipe hautement motivée et surtout les conseils avisés d’experts du secteur.

« Je suis arrivé rapidement au point où j’ai compris mes limites en termes de business. Après avoir vu les conférences de Philippe Boulanger, sa carrière et son expérience dans l’accompagnement d’entrepreneurs, je me suis dit, que c’était lui que je voulais pour m’accompagner pour la suite notamment pour pousser le concept d’innovation frugale » (Quentin Caron) .

Bambou est un projet sous fortes contraintes de moyens. Ces dernières sont tellement fortes que toute dépense, même d’un euro, est analysée. Sans le savoir, Quentin et son équipe utilise les principes de l’effectuation et de l’innovation frugale, sujets souvent traités dans mes conférences. 

Lorsque Quentin m’a contacté pour que je l’accompagne, j’ai eu l’impression de faire un bon de plus de 35 ans en arrière, à l’époque où j’étais étudiant et où je travaillais sur mes premiers projets. Avec très peu de moyens. À l’époque où le terme startup n’existait pas encore ! 

Le design retenu par Quentin est disruptif par le faible coût estimé de production. L’équipe avait en tête de ne pas faire de compromis sur la qualité du produit :de la HD au minimum sur chaque oeil et un champ de vision -FOV- de 100° tout en ayant un design épuré. A titre de comparaison le champ de vision de l’Hololens 2 est estimé à 52°, proche de celui de Magic Leap, pour un prix de $3.500. Tout a été basé avec du matériel disponible commercialement ou avec des conceptions open source. Quentin n’est pas tombé dans le piège, dans le syndrome NIH (“Not Invented Here”) très présent dans les grandes entreprises égotiques.

Il y a des raisons évidentes pour lesquelles j’ai décidé de mentorer Quentin : il ose tout, y compris contacter des capitaines d’industrie, il a une énergie débordante et communicative, il est dans l’action, il pose des questions quand il ne sait pas, il est humble et il apprend vite. Il ira loin… ».

Focus sur les aspects techniques

Le logiciel utilisé pour mes lunettes est une intégration intelligente de librairies open source au-dessus d’Androïd, l’OS de Google. Le prototype initial est connecté à un PC. Le deuxième prototype est connecté à un smartphone. La version de production sera soit autonome, soit connectée à une source extérieure de calcul (PC, smartphone ou console de jeux).

Techniquement, deux écrans HD ou 4K intégrés dans les branches des lunettes sont projetés sur les verres ellipsoïdaux. La reconnaissance gestuelle est utilisée pour piloter les lunettes. Des algorithmes de machine learning ont été utilisés pour une reconnaissance gestuelle à toute épreuve. Et enfin, une fonction logicielle permet d’opacifier instantanément les verres, et on sort alors de la réalité mixte pour plonger dans le monde de la réalité virtuelle.

« J’estime que nos lunettes devraient pouvoir se vendre (version de production) à moins de 300€, avec une marge très confortable ». (Quentin Caron).

Rendu de la version de production des lunettes QR prévue par l'équipe

Quentin et son équipe sont prêts à transférer leur conception à toute entreprise qui veut considérablement accélérer un projet AR/VR, tout en gagnant jusqu’à huit années/hommes de recherche et d’implémentation.

« Nous n’avons pas envie d’arrêter nos études d’ingénieur, mais nous sommes quand même prêts à considérer toute offre qui viendrait avec l’acquisition de notre design. » (Quentin Caron)

En savoir plus: 

Pour le dossier complet des Bambou QR glasses (photos, vidéos, spécifications techniques) : https://bambou.tech

Contact : pour une réunion plus en profondeur avec Philippe Boulanger et Quentin Caron, merci de prendre rendez-vous ici : https://calendly.com/philippeboulanger/reunion-30-minutes

#philippeboulanger #theinnovationevangelist #ladansedelinnovation

Laisser un commentaire